Point sur la situation démographique de Lormes (janv 2013)

Comme chaque année, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) a publié les chiffres de "la population légale 2010 entrant en vigueur  le 1er janvier 2013".

    Le Journal du Centre a repris ces informations dans son édition  du 8 janvier, sous le titre : "Nièvre : moins de 220.000 habitants", en précisant que le "déclin démographique se poursuivait en 2010". Dans un tableau statistique des communes, la population de Lormes, apparaissait en baisse  Le pessimisme de l’article était cependant tempéré  par une rubrique développant l’idée que "les campagnes n’étaient pas si dépeuplées, au contraire".

   Tout cela – qui ne peut pas manquer d’avoir une influence négative sur la vie quotidienne et le développement de notre commune – mérite quelques précisions et commentaires.

 1. La méthode.

    L’INSEE qui procédait, comme c’est le cas dans beaucoup de pays, à un véritable recensement exhaustif et quinquennal de la population, estime, chaque année depuis 2004, le nombre d’habitants grâce à des sondages. L’Institut distingue, pour chaque commune, la population "municipale" et la population "comptée à part" (personnes en déplacement pour des raisons de santé, de retraite, d’études…), l’addition des deux groupes constituant la population "totale" qui est le chiffre légal. Des "redressements" sont opérés pour tenir compte de certaines "évolutions tendancielles". Ces corrections ne sont pas clairement identifiées.

Le Journal du Centre le 8 janvier 2013 a retenu le chiffre de la population municipale sans référence à la population totale.

   L’Institut pense d’ailleurs qu’"il ne faut pas s’attarder  à commenter d’une année sur l’autre car c’est l’évolution tendancielle qui compte". En 2008, une mission parlementaire n’avait pas remis en cause le dispositif, mais avait demandé des corrections des règle.

  Notons que le recensement nouvelle méthode permet de fixer annuellement les données financières des collectivités et, notamment, le montant de certaines subventions comme la Dotation Globale de Fonctionnement, versées par l’Etat en fonction du nombre d’habitants. Ainsi, le chiffre évalué de la population légale de 2010 est entré en vigueur le 1er janvier 2013.

 2.    L’analyse des résultats.

   Compte tenu de la méthode utilisée, les interprétations sont délicates. A titre d’exemple, Le Journal du Centre  qui, début 2013, évoque "le déclin démographique" de notre département, titrait le 13 avril 2011 : "la Nièvre attire une nouvelle population", et décrivait la séduction exercée par la partie nord du département. Lormes avait vu croître la proportion de nouveaux arrivants, entre 2002 et 2007,  d’environ 15%. Et l’article de conclure : "une bonne nouvelle pour la Nièvre qui voit ainsi son image de département sur le déclin s’effriter".

   Ces affirmations, très positives, étaient fondées sur une étude de l’INSEE qui mettait en lumière les trois points suivants :

                        -intensité des migrations plus fortes que dans les autres départements en déclin                        démographique,

                        -intensité qui se situe dans la moyenne par rapport aux voisins,

                        -attractivité plus forte que le mouvement des départs.

        Ce mouvement était confirmé en mars 2012 par l’INSEE Bourgogne qui classait le Morvan parmi les six territoires de la Région gagnant à la fois actifs et retraités.

 3.    La situation démographique de Lormes.

         Elle est positive.

     Les chiffres INSEE de la population totale (population légale) traduisent une augmentation régulière depuis ces dernières années. Il en va de même de la population municipale.

                       

                         2010 :  1375

                         2011 :  1380

                         2012 :  1385

                         2013 :  1403

 

                 

    Les recensements réels, pratiqués tous les cinq ans, ont marqués entre  2004 (1389) et 2009 (1385) la fin du déclin démographique. Le prochain recensement de ce type aura lieu en 2014.

    La courbe des naissances est en hausse (7 en 2008, 11 en 2009, 15 en 2010)

   Les jeunes scolarisés s’inscrivent dans la même tendance : 247 en 2009, 279 en 2012 (école maternelle, école primaire, collège).

    De nombreux contacts sont pris à la Mairie par des personnes souhaitant s’installer dans notre commune.

   Toutes ces informations ont d’ailleurs été prises en compte par Le Journal du Centre qui a mentionné Lormes comme une commune en croissance le 16 janvier dernier dans un article consacré au recensement. Il est écrit qu’elle a "tiré son épingle du jeu avec 18 personnes qui ont posé leur valise dans cette commune du Morvan en 2010".